Archives mai 2009 - décembre 2013
> Actualité :

Installation du Think Tank du Conseil Culturel

Le 16 septembre 2009, s'est tenue à l'Assemblée Nationale l'installation du Think Tank.

MOT DE BIENVENUE DU PRESIDENT

Mercredi 16 septembre 2009

Mesdames et messieurs,

C’est un plaisir particulier de vous voir toutes et tous rassemblés. Nous avons dénombré plus de cent réponses positives à notre invitation, ce qui est la marque d’un vif intérêt dont je vous suis reconnaissant. Je tiens à témoigner un accueil particulièrement chaleureux à ceux d’entre vous qui ont fait le voyage jusqu’à Paris pour participer à cette rencontre et je salue à cette occasion mon ami et partenaire au sein du comité stratégique M. Elie Assaf, conseiller économique auprès du Président de la République du Liban, qui nous fait l’honneur de sa présence, ainsi que…

Ce jour est important. En effet si le Conseil Culturel de l’UPM, dont le Président de la République m’a fait l’honneur de me confier la présidence, existe officiellement depuis le 8 décembre 2008, date de son décret de création, deux dates fondatrices comptent vraiment dans son existence, le 14 mai dernier, où il fut installé solennellement par le Premier Ministre en présence de tous les membres de son comité stratégique, et aujourd’hui 16 septembre, jour du lancement de son think-tank, et par la même occasion de l’outil de travail électronique qui nous permettra de travailler à distance. Et dont le prototype va vous être présenté tout à l’heure.

Je vois dans votre présence nombreuse la confirmation que nous partageons cette même conviction selon laquelle le renforcement du dialogue et de la diversité culturelle dans l’espace méditerranéen, représentent un enjeu majeur pour l’avenir de la paix dans cette région du monde.

C’est d’ailleurs tout le sens donné à la Charte des valeurs adoptée lors de sa session du 2 juillet dernier par le comité stratégique du Conseil Culturel : le Conseil Culturel (article 2 de la Charte) est constitué de femmes et d’hommes qui partagent un engagement sans relâche en faveur de la paix, de la démocratie et de la prospérité en Méditerranée. Dans son article 4, notre Charte fixe au Conseil Culturel la mission de promouvoir et soutenir tout projet qui contribue à la circulation des œuvres entre les pays de l’Union pour la Méditerranée..il pourra (article 5) labelliser tout projet qui contribue à l’accroissement de l’offre culturelle, il inscrit son action (article 7) dans le cadre de la convention de l’UNESCO sur la diversité culturelle et des missions confiées à la Fondation Euroméditerranéenne Anna Lindh pour le dialogue entre les cultures. Le Conseil Culturel, conclut notre Charte, s’inscrit dans la culture de projets porteurs d’effets structurants tels que voulus par le Sommet de Paris du 13 juillet 2008, qui donna naissance à l’Union pour la Méditerranée.

Mesdames et messieurs, c’est bien dans le droit fil et dans l’esprit de l’UPM que nous travaillons. Le Président de la République a su fédérer autour de cette noble idée d’un espace méditerranéen de paix et de prospérité les chefs d’Etat et de gouvernement de l’UE et des pays partenaires de la Méditerranée. Depuis lors, et malgré les vicissitudes et les souffrances dues aux tensions dans la région proche-orientale, le travail de fond sur l’avancement des projets fédérateurs, structurants, dans les domaines identifiés comme prioritaires tels que l’environnement, l’énergie, les transports…, n’a jamais cessé. Nul doute qu’ils porteront prochainement leurs fruits.

Mesdames et messieurs, si les missions confiées au Conseil Culturel de l’UPM par le Président de la République consistent à promouvoir et fédérer les initiatives publiques ou privées qui valorisent la dimension culturelle de la politique méditerranéenne de la France, ne craignons pas de donner à cette mission la plus large interprétation : je vois pour ma part dans les travaux du Conseil Culturel une force de proposition, un vivier à idées, pour alimenter la dimension culturelle du projet d’Union pour la Méditerranée. Cette dimension qui fut la grande oubliée du Sommet de Paris et dont nous nous accordons tous à reconnaître le rôle stratégique pour rapprocher les peuples et faire bouger les politiques.

Du reste, la qualité des hautes personnalités qui composent notre comité stratégique, la diversité de leur provenance, donnent pleinement au Conseil Culturel cette légitimité. Leurs noms vous ont été communiqués, et je m’honore de leur participation à toutes et tous dans cette entreprise ambitieuse.

Si cette journée est décisive dans le cours de l’existence – encore brève – de notre Conseil, pour autant nous n’avons pas chômé depuis sa création. Quelques rappels du travail accompli jusqu’à aujourd’hui :

  • Notre comité stratégique, qui est l’instance décisionnelle du Conseil, a tenu deux sessions plénières, la première en mai 2009 au moment de l’installation formelle du Conseil par M. Le Premier Ministre à Matignon, puis une seconde en juillet 2009. Il s’est doté de cette Charte des valeurs dont j’ai évoqué les grandes lignes tout à l’heure. Il a lancé de premières démarches de partenariat vis-à-vis des entreprises, dont quelques unes ont déjà répondu. Qu’elles en soient vivement remerciées (Veolia, Suez, entreprise NADIM).

Il a également approuvé le programme de travail qui sera le nôtre jusqu’en 2013, et qui s’organise en cinq grandes saisons, une par an jusqu’en 2013 :

  • 2009 – Economie de la culture et industries culturelles en Méditerranée : locomotive économique pour 2010-2020 ?

Je reviendrai dans quelques instants sur ce que nous avons entrepris dans le cadre de cette première Saison, dont le thème nous est apparu d’une brûlante actualité.

  • 2010 – L’art de vivre méditerranéen
  • 2011 – Préserver et faire vivre au XXIe siècle le patrimoine commun de la Méditerranée
  • 2012 – Créateurs et création artistique en Méditerranée
  • 2013 – Marseille-Provence capitale européenne de la culture

Dans le cadre de la première Saison, « Economie de la Culture », le Conseil Culturel a ouvert plusieurs chantiers et anime plusieurs groupes de travail, dont je vous résume brièvement le contenu:

  • projet de valorisation économique et patrimoniale des filières d’artisanat d’art : un enjeu majeur de développement économique, de préservation et création d’emplois, et d’identité culturelle. Ce projet est conduit avec notre partenaire égyptien Adham NADIM, par ailleurs membre du comité stratégique. Il implique aussi l’Agence de valorisation du Patrimoine Tunisien et de nombreux experts français du ministère de la culture et des chambres des métiers. Ce projet débouchera entre autres sur un forum qui se tiendra au Caire en février 2010. Il est enfin le cœur d’un projet de réponse à un appel d’offre européen dans e cadre du programme Voisinage et Partenariat, auquel se joindra un partenaire grec.
  • chantier des métiers de l’édition et de la traduction : un enjeu majeur pour la circulation des œuvres et des idées. Nous travaillons là à un état des lieux des métiers de l’édition dans l’espace méditerranée, à travers un questionnaire envoyé à un grand nombre de professionnels par l’intermédiaire des postes diplomatiques. Parmi nos principaux partenaires : l’ASFORED, l’Ecole Supérieure des Affaires de Beyrouth, l’ESCP-Europe, dont je salue ici les représentants, mais aussi la General Egyptian Book Organization, dirigée par Mme Mounib que je salue, la grande maison d’édition égyptienne el Charkawi, le président du prix Littéraire de la Méditerranée, M. André Bonet, le Syndicat National des Editeurs… et je sais que ce projet est suivi de près par mon ami Elie Assaf, dans le cadre de l’année Beyrouth Capitale mondiale du Livre. Parmi les résultats concrets : le lancement prochain d’un glossaire trilingue (français, anglais, arabe) des métiers de la chaîne du Livre, mais aussi un annuaire des professionnels du Livre en Méditerranée. Rendez-vous fin 2009…
  • Je ne saurais être exhaustif dans l’énumération des chantiers ouverts, souvent à l’initiative de tel ou tel membre du comité stratégique et je pense en particulier à ma collègue et amie Claudie Haigneré, présidente de la Cité des Sciences, mais je tiens à souligner tout particulièrement un projet très ambitieux, presque un rêve, porté par MM Dominique Baudis, président de l’Institut du Monde Arabe, André Azoulay, président de la Fondation Anna Lindh, et Ismaïl Serageldin, Directeur Général de la Bibliotheca Alexandrina, tous trois à mes côtés au comité stratégique : il s’agit d’un ferry spécialement conçu comme une plate-forme culturelle itinérante, qui naviguerait de port en port en Méditerranée et se ferait l’ambassadeur des cultures des pays et des peuples où il aborderait. Inutile de vous dire combien les obstacles à franchir seront nombreux mais le rêve en vaut les efforts qui sont engagés.

Nous parlions de projet : le Conseil Culturel s’est doté de critères de labellisation des projets qui lui sont soumis. Ce label, déjà attribué aux projets que j’ai mentionné ci-dessus et à quelques autres, sera matérialisé par l’apposition d’un logo, celui du Conseil Culturel, qui n’est pas sans évoquer le « tourbillon des idées » qui doit nous animer. Un tourbillon ordonné, toutefois.

Une précision à propos du rôle du Conseil Culturel, mesdames et messieurs : i n’est pas en lui-même porteur de projets ni organisateur d’événements. Il identifie des projets ou des événements porteurs qui lui sont présentés, les met en valeur et peut leur attribuer son label. Ce dernier pourra éventuellement s’accompagner d’un soutien financier lorsque nos moyens nous le permettront. Mais je formule le pari qu’un projet labellisé par le Conseil Culturel de l’UPM verra ses démarches facilitées dans la recherche des indispensables soutiens.

Bien du chemin a été parcouru, comme vous le constatez.

Mais c’est votre participation aux travaux du Conseil Culturel, mesdames et messieurs, qui lui donne désormais sa vraie dimension et sa vraie force. Il avait déjà la légitimité institutionnelle et politique, la capacité de lancer des pistes: avec vous, voilà qu’il s’enrichit d’une multitude de compétences, de capacité de réflexion et d’imagination. C’est avec vous, par vous, que les Saisons 2, 3, 4 et 5 de notre programme de travail doivent s’organiser, vivre, trouver leur contenu et leur développement.

Vous êtes représentants de la société civile, professionnels des medias, de l’édition, du spectacle vivant, enseignants, chercheurs, artistes…en provenance des deux rives de la Méditerranée. Cette mixité des origines et des expériences permet la confrontation et la fécondation des idées, d’où naissent des propositions innovantes et des initiatives politiques. C’est par son think tank que le conseil culturel contribuera à affirmer, aux côtés d’autres grandes initiatives de mise en réseau telles que celle de la Fondation Anna Lindh présidée par André Azoulay, la place du dialogue culturel dans l‘espace méditerranéen.

Comment sommes-nous arrivés à vous ? Par plusieurs chemins. Soit par connaissance antérieure, soit vous aviez déjà approché l’équipe de la mission UPM pour lui présenter un projet, soit votre expérience reconnue dans un domaine d’expertise nous a naturellement conduits à vous solliciter pour nous rejoindre…plusieurs d’entre vous nous font même aujourd’hui l’honneur de leur présence alors qu’ils n’ont pas encore été invités officiellement à participer au think-tank et je les remercie de cette marque de confiance.

Votre présence nombreuse, je le redis, est la marque d’un intérêt et sûrement aussi d’une curiosité que je vais à présent tâcher de satisfaire.

De quelle manière allons-nous travailler ensemble ?

Par souci de lisibilité nous avons déterminé cinq grands groupes de travail thématiques :

  • Art et création contemporaine : toutes les formes de la création artistique, arts plastiques, arts vivants, spectacles, arts numériques…
  • Patrimoine, tourisme : livres et écrits, traduction, bibliothèques, muséologie, archéologie, patrimoine naturel, sites historiques, patrimoine matériel et immatériel, technologies de conservation et de numérisation.
  • Sciences et société, éducation et formation : histoire et géopolitique, développement durable, urbanisme, habitat et géographie humaine, économie et sociologie, jeunesse, accès au numérique.
  • Art de vivre, métiers d’art et traditions : artisanat, art culinaire et alimentation, mode, loisirs, famille, hygiène et santé.
  • Audiovisuel, cinéma, médias (y compris sous leurs formes numériques et de nouvelles technologies).

C’est là une manière commode d’organiser notre think tank et, pour le secrétariat général du Conseil Culturel, de communiquer avec tout ou partie de ses membres.

C’est à vous qu’il revient de choisir dans quel groupe vous souhaitez travailler. Si vous détenez des compétences ou centre d’intérêt transversaux, vous pourrez choisir de vous inscrire dans plusieurs de ces cinq groupes de travail.

Vos compétences, mesdames et messieurs, seront régulièrement sollicitées :

  • on vous demandera de contribuer à instruire des projets qui sont soumis au Conseil Culturel. « On » étant le Secrétariat Général du Conseil, basé à l’hôtel de Marigny.
  • on fera également appel à vos contributions intellectuelles, soit de façon ponctuelle, soit dans le cadre du programme de travail du Conseil Culturel. D’ores et déjà il nous faut commencer à réfléchir aux différentes formes que pourra prendre la Saison 2, Art de Vivre en Méditerranée, aux partenariats à nouer, aux thématiques à aborder, et vos idées et votre enthousiasme nous seront précieux.

Ainsi serez-vous les coproducteurs de l’activité du Conseil Culturel. C’est votre diversité qui fait sa richesse, votre imagination sa force de proposition.

Vous l’aurez compris, pour mettre tout cela en musique, il nous fallait avoir recours aux ressources du travail en ligne, des dernières techniques de la collaboration à distance. C’est le rôle de la plate-forme électronique du Conseil Culturel. Elle a été développée en parallèle avec le site internet du Conseil Culturel, qui est quant à lui un site public.

Cette plate-forme sera l’espace dédié du think tank, accessible à ses seuls membres. Elle va vous être présentée dans un moment par M. André BEILLARD, qui nous a aidés dans la mise en place de cet outil, ainsi que du site internet. Ce qui va vous être présenté est un prototype, je le répète, c'est-à-dire qu’il est encore largement à perfectionner. La plate-forme comme le site public ne seront pas mis en ligne avant la fin du mois de septembre, pour assurer toutes les validations techniques souhaitées par les services du Premier Ministre, qui nous « hébergent » sur leur serveur.

Que vous offre cet outil collaboratif?

  • la possibilité d’échanger des idées, des points de vue, dans un espace dédié que nous avons baptisé l’agora ;
  • la possibilité de publier en ligne vos réflexions et vos contributions écrites ;
  • l’accès à des informations toujours actualisées sur les activités et les événements du Conseil Culturel ;
  • de nombreux liens pertinents avec les instances et structures partenaires du Conseil Culturel, réparties sur tout l’espace méditerranéen ;

Bien sûr l’outil électronique ne remplacera jamais la mise en présence, c’est pourquoi nous continuerons, cela va sans dire, de tenir des groupes de travail à l’hôtel de Marigny, à l’initiative du Secrétariat Général, selon les besoins et vos possibilités matérielles de déplacement, comme c’est déjà le cas, par exemple, pour la préparation du forum du Caire de février 2010 sur la valorisation des filières d’artisanat d’art, ou bien encore pour la préparation d’un colloque qui se tiendra le 14 octobre 2009 sous la coprésidence du Conseil Culturel et de l’ONU sur le thème du Développement Humain.

Avant de laisser la parole à M. BEILLARD, puis de vous la rendre pour un temps de questions-réponses, je souhaite vous redire tout l’espoir qui est le mien, et que vous partagez je n’en doute pas, de voir notre entreprise commune prendre forme pour devenir un des moteurs de l’ambition culturelle du projet d’Union pour la Méditerranée.

Je vous remercie bien sincèrement de votre attention, je cède la place à l’expert et vous informe dès à présent que nous aurons l’occasion d’échanger de façon plus informelle par la suite, autour d’un buffet auquel vous êtes conviés à la questure de l’Assemblée Nationale.

Paris le 16 septembre 2009

Renaud Muselier, Président du Conseil Culturel

 

 

charte

Actualités

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8