Archives mai 2009 - décembre 2013
> Actualité :

Fresque graffiti et ateliers artistiques à Tripoli pour la Journée internationale des droits de l’Homme - 10 décembre 2013

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

 

Le Conseil culturel de l’Union pour la Méditerranée s’engage aux côtés de l’Organisation mondiale contre la torture, de la société civile et des autorités libyennes pour promouvoir les droits de l’Homme en Libye à travers des activités culturelles et éducatives à l’occasion de la Journée internationale des droits de l’Homme le 10 décembre 2013.

Au programme : du 6 au 8 décembre, 3 jours d’ateliers artistiques éducatifs et de libre-expression à destination de groupes de jeunes et de victimes de violations des droits de l’Homme, du 7 au 9 décembre la création de fresques graffiti dans 4 lieux de la ville, avec plus de 15 graffeurs de différents pays, et une journée d’événements publics le 10 décembre au théâtre Zawett Al Dahmani, avec une conférence, la projection de films et un concert hip-hop.            

Suite à une première expérience de coopération concluante entre le Conseil culturel de l’Union pour la Méditerranée et l’Organisation mondiale contre la torture en Libye autour d’un projet à Benghazi en juin dernier, les deux organisations s’associent de nouveau pour promouvoir les droits de l’Homme à travers l’art, à l’occasion de la Journée internationale des droits de l’Homme le 10 décembre.

Cet événement est axé sur la participation de la jeunesse, des victimes de violations de droits de l’Homme, et des populations de déplacés internes. Afin de les mobiliser, des ateliers artistiques et pédagogiques de musique et d’arts plastiques ont été organisés, le vendredi 6 et samedi 7 décembre. Ils ont rassemblé des jeunes issus à la fois des camps de déplacés internes Tawergha, des jeunes graffeurs, et des étudiants volontaires de la Faculté des Beaux-Arts, qui à travers une initiation à la musique, aux arts plastiques ou au graffiti, ont pu réfléchir et s’exprimer sur le thème des droits de l’Homme. Ces ateliers ont été animés, côté arts plastiques et graffiti, par l’artiste Ammar Abo Bakr, l’un des graffeurs les plus connus de la révolution égyptienne, et par la dessinatrice Nadia Khiari alias Willis from Tunis, créatrice du personnage du même nom qui croque avec satire l’actualité tunisienne. Les ateliers musique ont quant à eux été assurés par Wissam Al Hagagy et Malek Eshkoyat du groupe libyen de hip hop « Razor Records », très populaire à Tripoli.

Le dimanche 8 décembre, un atelier a également été ouvert aux victimes de tortures, ou familles de victimes de violations des droits de l’Homme, leur permettant d’extérioriser leurs traumatismes à travers l’art et l’expression ouverte avec un psychologue. L’artiste Willis from Tunis et des étudiants des Beaux-arts y ont participé afin de partager avec eux leur expérience et leur façon d’exprimer les souffrances de leurs pays à travers leur art, et ils ont réalisé des croquis sur le vif à partir des récits qui ont émané de ce groupe de parole.

Ammar Abo Bakr et Willis from Tunis ont également été rejoints par d’autres artistes de street art internationaux et locaux, tels le graffeur et calligraphe tunisien Meen One ou encore le graffeur libyen de Tripoli El Bohly, afin de réaliser plusieurs fresques graffiti sur le thème des droits de l’Homme. Elles se répartiront en trois endroits très visibles du centre-ville, dont une fresque sur le sol en 3D sur la place des Martyrs, la place principale de Tripoli. Le sujet des droits de l’Homme et de la lutte contre la torture va ainsi entrer dans l’espace public à travers le street art, qui a l’avantage de toucher de façon originale toutes les couches de la population. Le graffiti est en effet une forme d’expression qui a connu un essor considérable pendant et après les révolutions arabes, permettant de communiquer et de faire passer des messages révolutionnaires en s’affranchissant de la censure dans les médias traditionnels et de libérer une créativité artistique jusqu’alors réprimée.

La restitution des travaux réalisés par les jeunes et les artistes dans le cadre de ces ateliers sera accompagnée le 10 décembre par une série d’événements ouverts au public, avec une conférence publique de débat avec la société civile, une projection de films courts sur le thème des droits de l’Homme, et enfin la soirée sera clôturée par un concert du groupe de hip hop Razor Records et leurs invités, dédié à l’unité de la Libye et au rejet de la violence.

Ces événements ainsi que les ateliers éducatifs et de libre-expression se tiennent dans le théâtre Zawett Al-Dahmani, mis à disposition par la municipalité. Sa réhabilitation à l’occasion de cet événement, avec la participation à la fois du Ministère de la culture, des autorités locales, de groupes de jeunes volontaires de la société civile et des artistes, constitue « un projet dans le projet », qui permettra d’offrir aux associations culturelles, aux artistes et aux habitants de Tripoli, un lieu fonctionnel d’expression associative et artistique dédié à la communauté.

Programme complet dans le flyer recto verso (en anglais)

Book photo des principaux artistes participants

La page Facebook de l’événement permettra de suivre en temps réels les réalisations des ateliers pédagogiques, et l’évolution des fresques graffiti dans les différents lieux de la ville :

https://www.facebook.com/events/516626188444365/517041608402823/

charte

Actualités