Archives mai 2009 - décembre 2013
> Actualité :

Discours de clôture du Forum du Caire de M. Renaud MUSELIER - 3 juin 2010

SEUL LE PRONONCÉ FAIT FOI

Monsieur le Ministre Rachid Mohamed Rachid,

Monsieur le Ministre, cher Hervé,

Monsieur le Député, cher Jean-Michel,

Messieurs les Ambassadeurs,

Monsieur le Représentant de l’UNESCO au Caire,

Monsieur le Président de la chambre des métiers des Bouches du Rhône, cher Andre,

Monsieur le Secrétaire général du Ministère français de la culture,

Monsieur le Président de l’IMC, Cher Adham Nadim,

Mesdames et messieurs,

Chers amis,

 

Je tiens à vous remercier toutes et tous très chaleureusement pour avoir fait de ce Forum une belle réussite.

 

Nous l’avons vu à travers les ateliers et les deux table-rondes : l’artisanat est aujourd’hui un facteur d’identité culturelle.

 

Il n’en constitue pas moins une valeur intrinsèque qui est un des leviers importants dans la perspective méditerranéenne de développement économique.

 

Nous avons soulevé cette problématique dans la table-ronde de cet après-midi, présidée par Adham, sur le thème «Les produits artisanaux et le patrimoine comme levier de développement économique ».

Le développement culturel permet le développement économique qui est lui-même à la source du développement social. C'est donc bien aussi d'une logique de developpement durable dont il s'agit comme tu l'as souligne cher Andre Bendano.

 

Cet enchaînement se fera également par la mise en place d’un tourisme de qualité, d’un tourisme intelligent comme l’a rappelé mon ami Jean-Michel Couve. Je salue ton idée de voir naître un label « artisan de la Méditerranée ».

 

*

 

Face à ce double constat, il serait inconscient, vous l’avez tous rappelé, de ne rien faire pour maintenir en vie cette intelligence du geste, cette sagesse séculaire.

Ne rien faire signifierait en effet laisser dépérir ce trésor vivant commun.

 

Il est donc nécessaire de mettre en place des politiques volontaristes portées par tous ceux qui se sentent un devoir de préserver ces traditions.

 

C’est votre cas, cher Luciano Carrino, qui avez présidé la première table ronde sur « les métiers de l’artisanat pour un patrimoine vivant ».

 

Je soutiens pleinement l’initiative de votre institution de mettre en place une université des métiers de la Méditerranée. Nous l’avons entendu, cette idée est également soutenue par l’Institut national du patrimoine français.

 

J’en profite pour remercier Guillaume Boudy, Secrétaire général du ministère de la culture d’avoir accompagné ce Forum.

Je sais pouvoir compter sur l’engagement du ministère français de la culture pour encourager le développement de ces réseaux.

 

Dans le même ordre d’idées, j’ai été sensible à l’idée proposée par les Compagnons du devoir d’étendre leur expérience à l’ensemble du pourtour méditerranéen.

 

On le voit bien, le passé peut nous donner des outils pour préparer demain.
Le lien humain est essentiel à la transmission et à la préservation de la tradition.
Je suis donc totalement favorable à l’idée de créer un compagnonnage méditerranéen.
Nos travaux montrent qu’une prise de conscience a lieu.

Elle correspond à une tendance de fond qui rejoint les objectifs premiers du Conseil culturel de l’Union pour la Méditerranée.

 

Déjà, le Forum de Marseille, le 27 mai dernier, co-présidé par l’Egypte et la France, en présence de M. Rachid Mohamed Rachid qui réunissait les 43 pays de l’Union pour la Méditerranée affirmait la nécessité de mettre en œuvre des projets structurants.

Pas moins, de 270 projets ont été identifiés montrant ainsi une réelle volonté politique de construire cette Union pour la Méditerranée.

 

 

Ici aussi, au Caire, c’est un évènement politique.

Ce forum a été, comme vous le savez, placé sous le patronage de madame Lagarde et de monsieur Rachid.

En fait, ce ne sont pas moins de six ministres (culture, industrie, affaires étrangères) qui parrainent cet Forum.

 

Je tiens tout particulièrement à rendre hommage à l’action menée en particulier par l’UNESCO, précurseur en ce domaine, qui porte une remarquable attention à l’artisanat et aux métiers d’art et ce, en particulier, depuis la convention de 2003.

 

C’est dans cette même logique de préservation et de promotion du patrimoine immatériel que se situe le Forum du Caire, auquel Mme Bokova a bien voulu nous attribuer son haut-patronage.

 

Ce patronage donne un vrai sens au dialogue des cultures et des civilisations, cher à André Azoulay qui porte au sein de la Fondation Anna Lindh, ces mêmes valeurs.

 

Par ailleurs, la récente convention cadre signée, en France, par le Ministre de la culture et par toi, mon cher Hervé, Ministre français de l’Artisanat, met ainsi en avant l’importance des métiers d’art comme un des principaux attraits de la France.

 

Elle souligne la volonté de la France de valoriser et de promouvoir ces métiers. Pour cette action et pour tout ce que tu entreprends au service de cette belle cause, je te remercie encore une fois mon cher Hervé.

 

Ainsi, ce sont de multiples acteurs qui s’engagent.
Une vraie dynamique est en route. Elle ne s’arrêtera pas ici au Caire.

 

Des invitations formulées par différents pays vont permettre de poursuivre ce travail de reconnaissance pleinement engagé.

 

Ce Forum s’inscrit ainsi dans une logique de projets structurants.

Il n’est donc que la première étape d’un cycle d’événements annuels qui auront lieu autour du pourtour méditerranéen.

 

C’est parce qu’il est nécessaire d’agir que ce Forum ne se veut pas seulement une exposition mais aussi un lieu de réflexions et d’échanges.

 

C’est pour cela que les grands enseignements de ces journées de débats seront ancrés dans un texte conclusif que nous signerons officiellement dans quelques instants. Ce texte, j’en suis sincèrement convaincu, fera date.

 

Ce Document final se définit comme un facteur de cohésion et un moyen d’affirmer une commune volonté d’avancer ensemble.

 

La Méditerranée est un principe de cohésion, la culture est un vecteur d’action.
L’avenir est donc entre nos mains.

 

Je vous remercie encore toutes et tous et toi, plus particulièrement, mon cher Adham.

charte

Actualités