Madame Syhem BELKHODJA

Syhem BELKHODJA





Chorégraphe, directrice du festival "Rencontres chorégraphiques de Carthage", du festival du film documentaire de Tunis et du festival "Design et mode à Carthage"

est née le 24 août 1963 à Carthage.

 

 

Une activiste de la culture

Très jeune passionnée par la danse, elle commence sa carrière et se fait connaître du grand public tunisien en participant comme chorégraphe et danseuse à une émission télévisée populaire.

Energique et combative, Syhem BELKHODJA veut imposer la danse en Tunisie et diffuser son art au plus grand nombre.

Pour cela, elle fonde l'association d'artistes "Ness el Fen" (Les gens de l'art) dont le but est la promotion de nombreux domaines artistiques dans toute la Tunisie.

"Ness el Fen" est à l'origine de la création de trois évènements désormais majeurs à Tunis : "les Rencontres chorégraphiques de Carthage" dont la huitième édition a lieu du 1er au 9 mai sur le thème de "danse et nouvelles technologies"; "Doc à Tunis", rencontres internationales du film documentaire qui se déroule chaque printemps depuis quatre ans et enfin "Design et Mode à Carthage".

La danse contre l'intégrisme

Syhem BELKHODJA n'est pas seulement chorégraphe et créatrice d'évènements culturels. Elle est aussi une pédagogue.

Convaincue que l'art en général et la danse en particulier sont les meilleurs moyens pour lutter efficacement contre les dangers de l'intégrisme et d'un certain obscurantisme, elle a décidé de former des dizaines de jeunes artistes, leur offrant ainsi un formidable espace de liberté.

Pour cette raison, elle a crée l' "Ecole des Arts et du cinéma", et en 2007, le "Centre méditerranéen de danse contemporaine" sur le modèle du Centre de danse contemporaine d'Angers et qui est la première école de danse contemporaine en Afrique.

Syhem BELKHODJA a reçu de nombreuses distinctions. Sa compagnie a été primée en décembre 2006 au "Monaco danse festival" et elle a reçu en 2007 des mains de Philippe DOUSTE-BLAZY, le "Trophée Cultures France des créateurs sans frontières".

back to top