Archives mai 2009 - décembre 2013
> Actualité :

Discours d’ouverture du Forum du Caire de M. Renaud MUSELIER - 2 juin 2010

SEUL LE PRONONCÉ FAIT FOI

 

Monsieur le Ministre Rachid Mohamed Rachid,

Monsieur le Depute, cher Jean-Michel Couve,

Monsieur l’Ambassadeur,

Monsieur le President de la chambre des metiers des Bouches du Rhone, cher Emmanuel Bendano

Monsieur le Représentant de l’UNESCO au Caire

Monsieur le Président de l’IMC, Cher Adham Nadim,

Mesdames et messieurs,

Chers amis,

 

C’est une grande fierté pour moi de me trouver ici, parmi vous au Caire, pour ce Forum qui couronne des mois de travail menés en partenariat étroit avec l’Agence de modernisation industrielle égyptienne (IMC) d’Adham Nadim.

 

Sans l’ambition de l’IMC et le travail du Conseil culturel de l’Union pour la Méditerranée ce projet n’aurait jamais pu voir le jour.

Ce partenariat franco-égyptien me tient d’autant plus à cœur qu’il a permis de concrétiser ce qui est né d’une simple rencontre, de ma rencontre avec Adham Nadim.

 

J’ai eu le plaisir de faire la connaissance d’Adham Nadim, homme de cœur, président de l’IMC, industriel de renom et Président du Comité des affaires internationales au sein de la Fédération des industries Egyptiennes, il y a un an.

 

Adham, qui est devenu membre du Comité stratégique du Conseil culturel, m’a fait part de sa préoccupation concernant l’artisanat en Egypte et au Moyen-Orient.

 

Du hasard de cette rencontre est alors né un grand projet qui se concrétise aujourd’hui entre deux grands pays, deux institutions et une même vision.

 

Ce Forum, qui réunit une quinzaine de pays du pourtour méditerranéen, illustre l’esprit de l’Union pour la Méditerranée : promouvoir des initiatives concrètes au service de la paix et du développement.

Ce Forum incarne la volonté d’élaborer des partenariats totalement respectueux et consensuels, dans une logique de projets structurants.

 

En ma qualité de Président du Conseil culturel de l’Union pour la Méditerranée, mis en place par décret du Président de la République Française en décembre 2008, et de Vice-président de la Commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale française, Marseillais d’origine, je n’ai jamais cessé d’œuvrer pour la constitution d’un espace méditerranéen de paix et de prospérité.

 

Ainsi, le rapport présenté à l’AN et voté à l’unanimité sur Comment construire l’Union méditerranéenne ? s’attachait à rappeler l’importance du dialogue des cultures pour vitaliser l’espace méditerranéen et favoriser le respect et la compréhension mutuels au-delà des déchirements.

 

UPM : Moubarak + Sarkozy. Projet politique ambitieux qui passera par le dialogue.

Ce dialogue doit aussi se développer avec le reste du monde, car « si l’Union pour la Méditerranée est bien un monde en soi, elle doit aussi être un monde ouvert » (rapport précité).

 

Le Forum de Marseille, le 27 mai dernier, co-présidé par l’Egypte et la France, en présence de M. Rachid Mohamed Rachid et d’Henri Guaino a réuni les 43 pays de l’Union pour la Méditerranée. A Marseille, pas moins de 270 projets ont été identifiés.

 

L’Union pour la Méditerranée est bien en marche.

 

Il nous appartient donc de faire de la Méditerranée un espace de fiertés identifiées et assumées, d’identités plurielles et réconciliées, de consciences respectées et respectueuses.

Il nous appartient de faire rayonner cette civilisation riche de toutes les couleurs de terre et de peau.

 

C’est dans cet esprit, qu’avec l’aide de hautes personnalités, le Conseil culturel de l’Union pour la Méditerranée promeut, depuis maintenant dix-huit mois, des initiatives concrètes dans divers domaines culturels.

 

Le don de 500 000 livres fait à la Bibliotheca Alexandrina en est une illustration. Le 10 avril dernier, en présence de Mme Moubarak, une cérémonie a officialisé ce partenariat franco-égyptien qui permettra à la Bibliothèque d’Alexandrie de devenir la première bibliothèque francophone du Moyen-Orient.

 

De la même manière, le projet Maarifa permettra la création de programmes télévisés à l’attention des jeunes de la Méditerranée.

L’artisanat est un autre domaine de notre action en faveur de la culture méditerranéenne.

 

L’activité artisanale est aussi vieille que l’humanité.

A l’origine, il s’agit pour l’homme de répondre à des besoins quotidiens. L’artisanat est ensuite devenu création et moyen d’expression.

 

Ainsi, dans son rapport qui a fait date sur Les difficultés des métiers d’art, Pierre Dehaye, membre éminent de l’Académie des Beaux-Arts, rappelle que « les activités conceptuelles n’ont pas l’exclusivité de l’intelligence, que l’esprit se manifeste aussi directement par le geste et, tout particulièrement, par l’activité des mains ».

La richesse de cette activité manuelle est particulièrement visible dans notre belle région, le pourtour méditerranéen.

 

Les trois expositions que ce Forum vous propose illustrent bien cette diversité qui caractérise ce bassin culturel patrimonial unique au monde.

 

Je tiens à remercier très chaleureusement Jean-Luc Lory, chercheur ethnologue émérite au CNRS et administrateur-adjoint à la Fondation Maisons sciences de l’homme.

 

L’exposition méditerranéenne est organisée autour des matières premières et non pas par pays car le patrimoine en Méditerranée est commun.

Même si, bien sûr, à travers tel ou tel objet on peut repérer des caractéristiques nationales.

Ce sont aussi plus de 14 pays qui montrent la diversité de l’artisanat, dans tous les domaines, toutes les matières.

C’est ainsi l’homme qui va vers l’objet, qui traverse le temps.

 

Cette exposition dessine le contour d’une culture méditerranéenne commune. Et je sais que, nous tous ici présents, y sommes très attachés.

 

J’en profite pour remercier tous les participants, Français mais aussi tous nos concitoyens du pourtour de la Méditerranée (mes amis Bendano, Jean-Michel Couve).

 

C’est bien l’âme de la culture en Méditerranée qui est en jeu, comme vont le montrer les ateliers de cet après-midi sur la création et le design, les droits de propriété intellectuelle, les outils de financement et l’initiative KIP de Luciano Carrino, représentant exécutif du Comité scientifique d’agences onusiennes pour la Coopération au développement humain.

 

Nous avons imaginé une démarche originale qui mêle exposition et discussion : des ateliers thématiques et des table-rondes auront lieu, ayant pour thème « les métiers de l’artisanat pour un patrimoine vivant » et « les produits artisanaux et le patrimoine comme levier de développement économique ».

 

L’artisanat en Egypte et au Moyen-Orient ainsi que dans l’ensemble du bassin méditerranéen est un élément à part entière du patrimoine culturel et un vecteur important du développement économique.

Malgré cela, l’artisanat ne bénéficie pas aujourd’hui d’une organisation structurée et efficace. La transmission des savoir-faire est entrain de disparaître, et ce dans un contexte de concurrence déloyale des pays asiatiques et du développement de la contrefaçon.

 

Nous avons imaginé, avec le Conseil culturel et Adham Nadim, un projet ambitieux pour sauvegarder ce patrimoine culturel commun en Méditerranée. En effet, sans créateur aujourd’hui, il n’y aura pas de patrimoine demain.

C’est un évènement qui a d’abord une portée politique.

Ce forum a ainsi placé sous le patronage de madame Lagarde et de monsieur Rachid. En fait, les deux ministres de la culture, de l’industrie et des affaires étrangères parrainent cet événement.

Enfin, l’UNESCO nous a apporté son haut patronage. Il a pour objectif de déboucher sur des décisions concrètes pour permettre la préservation et de développement de l’artisanat. Un document final devrait être signé par les personnalités présentes demain soir :

- Identifier et répertorier les métiers de l’artisanat pour mettre en place des nomenclatures

- Développer l’éducation, la formation pour favoriser la transmission des savoirs

- Créer des outils pour évaluer la place du patrimoine et du tourisme culturel dans l’économie

 

Ce sont deux journées de travail et de dialogue qui nous permettront de mesurer la richesse et les enjeux économiques de l’artisanat en Méditerranée.

 

On attribue à un des constructeurs de l’Europe, je veux parler de Jean Monnet la citation suivante « Et si c’était à refaire, je commencerai par la culture ». C’est bien l’objet de cet événement aujourd’hui.

 

Je vous remercie pour votre attention et vous souhaite de bons travaux.

charte

Actualités